Foire aux questions

question

 

Quel bois choisir ?

Afin d’obtenir le meilleur rendement possible et la garantie que votre conduit de cheminée reste en bon état; il est conseillé de brûler de préférence du chêne, du hêtre et du bouleau (limitez les résineux, à utiliser de préférence à l’allumage).

Bien évidemment ce bois doit être séché dans de bonnes conditions pendant minimum 18 mois. Ne brûler que du bois de chauffage bien sec (entre 15 et 20 % du taux d’humidité). Ce taux peut-être vérifié à l’aide d’un appareil de mesure.

 

Les nouveaux appareils fonctionnent-ils de la même façon que les anciens ?

Avec l’arrivée de la double combustion*, le rendement et l’étanchéité se sont améliorés fortement. Certains foyers sont devenus étanches, avec un raccord direct à l’air extérieur. Devenant ainsi la solution idéale pour les projets de construction ou une maison BBC.

Il existe toujours une arrivée d’air réglable manuellement pour tous, ainsi qu’un volet de tirage manipulable de l’extérieur, afin d’optimiser le confort de fonctionnement et de l’utilisation.

Donc oui, le fonctionnement est différent par rapport aux anciens foyers.

* La double combustion est la rencontre entre l’air primaire et l’air secondaire de votre foyer (air chaud/air froid). Elle permet de brûler les résidus contenus dans les fumées, comme le monoxyde de carbone. De plus, le bois brûlé de cette façon vous donnera très peu de cendres. Elle permet aussi de vous nettoyer la vitre.

Ce phénomène ne se produit que lorsque votre appareil est bien monté en température.

Quelle autonomie puis-je espérer ?

L’autonomie de votre appareil de chauffage dépend de la température de votre bûcher, de la quantité et de la qualité de votre bois.

En respectant tous ces critères, vous pouvez tenir une autonomie entre 6h et 8h.

Ceci ne prend pas en compte le système d’accumulation de votre appareil (si celui-ci comporte des briquettes ou un habillage en pierres).

Choisir entre poêle ou foyer fermé

Du point de vue des performances, il n’y a pas de différence entre un foyer fermé et un poêle.

Compact et rapidement installé, le poêle peut être doté en option d’une masse accumulatrice de chaleur destinée à en prolonger la diffusion, une fois l’appareil éteint. Son rayonnement est effectué par convection naturelle.

L’insert/le foyer fermé, lui,  se doit d’être habillé; ce qui ajoute un coût de main d’œuvre, mais il fonctionne à des puissances supérieures, assure une bonne diffusion de la chaleur et accepte des bûches de 50 cm, moins coûteuses ( 33 cm pour la plupart des poêles). Il offre une vision maximale du feu et peut être équipé d’une turbine pour la diffusion de la chaleur ou bien être relié à un système de répartition d’air chaud afin de chauffer des pièces supplémentaires.

Quelle est la différence entre un foyer fermé et un insert ?

Son installation tout simplement !

L’insert est une “cassette” que l’on va intégrer dans une cheminée ouverte existante, cela permet d’obtenir le rendement d’un foyer fermé tout en gardant l’esthétique de la cheminée. Possédant son propre système de ventilation et de pulsation de chaleur grâce à sa ventilation. Cet appareil fonctionne à l’aide d’une prise électrique.

Le foyer fermé quant à lui, est un appareil que l’on installe quand vous redémarrez votre projet à neuf (démolition de cheminée, ou construction etc…). Le foyer fermé nécessite de créer sa propre chambre de décompression de chaleur. Six grilles de ventilation sont nécessaires à son bon usage : 2 en partie basse pour l’air frais, 2 au dessus de l’appareil dans la hotte, et 2 plus petites tout en haut de votre hotte qui va servir de décompression au faux plafond que l’on aura crée dans votre hotte.

Le foyer fermé permet aussi, une future installation de système de répartition d’air chaud (gaine et bouches à l’étage pour chauffer des pièces supplémentaires) et assure ainsi une meilleure répartition de la chaleur dans la maison.

Certains appareils ont une porte relevable en option, ce qui permet de retrouver le plaisir du foyer ouvert d’Antan.

Différence de chauffe entre foyer ouvert et foyer fermé

Le foyer ouvert a un rendement de chaleur équivalent à 15 % maximum. Dès lors que vous fermez votre cheminée, ce même rendement passe de 70 à 85 % en fonction de l’appareil choisi.

Le rendement d’un foyer de cheminée et sa puissance calorifique sont liés à la qualité du bois, au réglage du foyer et au tirage du conduit.

Quelle puissance dois-je choisir par rapport à mon habitation ?

Il est estimé qu’un KW peut chauffer 10m² de votre habitation (plafond hauteur standard de 2.5 m).

Ceci dépend bien évidemment de l’isolation de votre maison.

Lors de la visite technique, en fonction des paramètres différents, le technicien est à même de vous conseiller au mieux dans le choix de votre futur appareil.

Suis-je obligé de créer une arrivée d’air frais ?

OUI ! Toute combustion a besoin d’oxygène.

L’installation d’une arrivée d’air frais va fournir cet oxygène en l’acheminant directement de l’extérieur vers le foyer et en évitant de consommer l’air chauffé de la maison.

En conséquence, il sera nécessaire de brûler moins de bois pour maintenir la chaleur de la maison. On peut estimer ce gain à environ 30 % !

Bien sûr, il faut aussi prévoir un mécanisme pour obstruer l’arrivée d’air (comme pour le conduit d’évacuation), de façon à éviter une déperdition thermique lorsque la cheminée n’est pas utilisée.

 

Caractéristiques des appareils compatibles avec la RT 2012 ?

  1. Appareil étanche,
  2. Arrivée d’air de combustion 100 % canalisée,
  3. Répartiteur des airs de combustion et régulateur de puissance de foyer (système Brisach Air Boost breveté).

Pour les maisons BBC RT 2012 (Bâtiment Basse Consommation) et les maisons dotées d’une ventilation performante, l’arrivée d’air extérieure est indispensable pour ne pas risquer de perturber le système de ventilation et de générer du CO (Monoxye de Carbone).

Dois-je tuber mon conduit ?

Depuis la loi de 2007 concernant la norme incendie, les conduits antérieurs à cette date n’ayant pas de norme d’étanchéité référencée de Type N2 pour les conduits maçonnés en terre-cuite, ni de résistance à un feu de conduit type G (1000 ° C pendant 30 min) doivent être tubés.

Quel entretien pour mon appareil ?

D’une façon générale, la vitre doit être nettoyée avec un produit adapté et sans utilisation de matériel abrasif afin de ne pas rayer celle-ci.

Les joints d’étanchéité, doivent être régulièrement changés (tous les 2/3 ans en fonction de l’utilisation).

Enlevez régulièrement les cendres de votre foyer en prenant soin de laisser un léger lit sur le fond.

Lors des ramonages saisonniers, vérifiez l’état d’encrassement de la buse de sortie des fumées et le pourtour du volet de tirage avec votre ramoneur.

Vérifiez et nettoyez si nécessaire les grilles de sortie d’air chaud/d’air frais.

Le ramonage est-il obligatoire ?

Selon le règlement sanitaire départemental de la commune où vous résidez, vous avez une obligation de faire ramoner votre conduit 2 fois par an dont une fois pendant la période de chauffe.

Les appareils à granules, ont, en plus un entretien obligatoire annuel durant lequel l’appareil est révisé totalement.

L’Éthanol, qu’est ce que c’est ?

L’éthanol, c’est de l’essence de betterave, autrement dit un combustible totalement inoffensif.

Énergie renouvelable ne dégageant pas de fumée, l’éthanol permet d’installer une cheminée sans conduit d’évacuation, donc même en appartement. Avec les cheminées à éthanol appelées aussi cheminée bio Brisach, vos produits sont totalement sécurisés, sans odeur, et totalement propres (pas de cendres).

Autres questions (exprimez-vous)

Pour toutes autres questions, n’hésitez pas à nous écrire ici !